biographie

Marie Legros M

Je crois que chaque idée lancée devient des poèmes, forme une trajectoire parallèle à celle de ma propre vie. Écrire vient tout d’abord d’un désir de noter le monde, comme le présent. Cerner au plus près (zoom avant) toucher la peau, ou prendre du recul (zoom arrière) avec le monde comme éboulis, comme une déflagration. Pour partager quelque chose de riche, de complexe, que l’on ne connait pas encore, mais qui arrive. L’ensemble constitue un tissu, avec des motifs et rend compte du réel, de sa créativité. Un matériau à portée de main afin de poser un pied puis l’autre. Hésiter, recommencer, douter c’est déjà une attention. Voilà où j’en suis.




Tombés du radiateur est fait de situations saugrenues, d’états amoureux, de deuils, de scènes de révoltes, de colères salutaires, de rencontres inépuisables, de portraits. Cela parle de lien, avec le végétal ou l’animal, de relations plus intimes avec des humains, en récits brefs et en haïkus à la con. Pas de ligne directrice, mais s’acharner à rendre visible les questions sociales, comme le racisme, les luttes féministes dans le champ de la poésie et celui de l’art. Quitte à exploser de contradictions. Et vivre avec les interrogations que cela engendre.




Tombés du radiateur
méthode de septembre

une pile de poèmes posée sur le radiateur devant ma fenêtre
le vent décide de là où elles tombent
les feuilles de papier se choisissent leurs places

© Marie Legros M — 2022 — crédits