d/ poèmes brutalistes

04/ de l’extérieur on n’y voit que du feu

De l’extérieur on n’y voit que du feu
     les stores baissés
  délivrent avec mesure
une lumière en pointillée
    sur ta joue
         sur tes fesses nues
             percevoir la vitesse du temps
            installée dans nos corps
            lanternes changeantes
       lampes d’Aladin vieillies
douces au toucher
le soleil caresse nos carapaces souples
remplies de tout ce qui nous est tombé sous la main
          luisent sous la lune
   épaules bras cuisses jambes chevilles
           la beauté ordinaire
              si pleine
                à quelques égratignures près
        de ce qui a été
          et de ce qui est
            pleinement aimé

© Marie Legros M — 2022 — crédits