g/ un chutier

27/ à tant d’autres semblables

À tant d’autres semblables
            les années égrenées
            au papier de verre grain fin en 80
entre chaque couche de peinture
   tu prends soin d’enlever les marques
     dissimulées par la poussière
   la cendre finit par retomber
   reprendre sa place parmi les choses solides
et les choses dites en vain
           répéter vouloir répéter
           clouer la vérité au sol
tu tombes de fatigue
les fonds marins si clairs
           te laissent croire
              à une éternité
                de poissons chantants
              de poulpes furtifs
            le sillage du bateau tombe à pic
         vous soulève
       gracieux
le présent répartit en fontaine
se déploie en geste joyeux
     le présent accomplit des prodiges
          petit à petit
un instant
s’évanouissent les manques les grincements
                  renoncer à nos pesanteurs fermes
                                  de corps en mouvements
une inquiétude en forme d’aiguille
  dansante lubrifiée souple
        nous rappelle
        que nous prenons part
        a un rêve en éveil
                            pour le reste des heures
               à peine un souffle
poser l’oreille par terre
ce n’est que le début
             murmure de fourmilière
                                          il incombe aux humains
                                                    de penser ce monde
                             au fur et à mesure qu’il sombre

© Marie Legros M — 2022 — crédits