009/

Ta main par la fenêtre
             déployée nonchalamment
ongles sortis
bien en évidence
au dehors de la voiture
       creusent le paysage
            tel Michel-Ange
                                                   pareillement
                  l’impact de tes deux doigts
                  raye mon âme
      avec délicatesse
      et symétrie
                           un parfait
                           aller-retour

036/

Toi tu ne fuguais pas
              à 7 ans
tu allais vers quelque chose
de temps à autre en forêt
puis d’autres jours en ville
              tu marchais au hasard
portée
par ta carcasse légère
sans qu’on te tienne la main
              déjà suicidée

053/*

Sommeillent en Gena bien d’autres femmes
             chorus sous influence
                n’hésitez pas
       à m’envoyer un e-mail
          si vous avez besoin
     d’un petit compliment
       pardon : complément
déclare Gena Rowlands
au terme de l’interview
              c’est son troisième lapsus
en moins d’une heure
      sous une pluie de coups
   d’oeil hostiles
             elle descend du bus
                           en mission
                           pour la suite
l’expression sur son visage passe en une seconde
de la rage à la joie
             le plus beau lapsus
                          jamais vu
             à un arrêt de bus

062/*

         Écrire-décrire pourquoi
    quand regarder vraiment suffit ?
  ce bouquet à demi fané
se révèle à présent
impossible à réanimer
          tiges dans l’eau
puisent des forces
la fleur froissée       inclinée
                pousse encore
                jusqu’au moment où
                tu cesses de la regarder

089/*

Dès que j’ouvre un livre de poésie
je me sens m’éloignée de moi-même
c’est trop proche
L’Âme est condamnée à vivre

Son Aventure à elle
Accompagnée d’un seul Chien d’arrêt

Sa propre identité
              _Emily Dickinson
en face les immeubles clignotent vers 8 heures du soir
se dédoublent de lumières dans les
cuisines             chambres         wc
les yeux baissés
vers quelque chose que tu ne sauras
jamais nommer
et si mal donner
un bout de papier punaisé au-dessus du bureau
comme tout le reste    sans défense    indéfendable
lit à voix haute ce qui est écrit :
              est-ce que vivre
              avec très peu de gestes
              revient à vivre
              avec très peu de mots ?
              (Pour Bill Traylor)

À l’Aventure avant tout en soi

L’Âme est condamnée –

Escortée d’un seul Chien

Son identité

092/

Théorie des pratiques sexuelles
              perdre
le sens                de l’orientation
                            nous a sauvés
une journée durant
              éponges
              faites de chaleur liquide
                           où finissaient donc
                                        nos corps ?

131/

              Clameur

à force de ne parler
que pour lui même

              l’ego

             un patrimoine
             en ruine

134/

       l’enfant que je n’étais pas

               et l’enfant que j’étais

                          restent encore

                              à construire

c’est peut-être déjà trop tard

138/

Lorsque le calme est revenu
renaître             sans dieu ni fées
                  pouvoir changer
              tout en se séparant
         se foutre enfin la paix
la lassitude
de se voir à soi
            s’amenuise
            jusqu’à n’être qu’une délicate
            dessinée
                           tâche de rousseur
    sur ton bras                                 ce soir
une robe de poupée vite enfilée
revêt la taille exacte
             de ta sérénité

146/

Sous les feuilles de cyprès
    traîne un branchage
         enfouit à l’envers
              se transformera en racine
posthume petit vers de terre
  fait ton boulot
                            aère la terre
        à l’endroit de nous
        que tu voudras
ne pas se retourner pour te garder
           sur cette souche
           mon pied bute
                             spectacle d’origine
obstacle vers la fin

148/

le sens diffus
en tout
              t’abandonne
              nulle part

153/

           (…) Tu touches mon dos tu te penches
                     et me souffles dans le cou
                     pour voir si je suis vraie 
vraiment là
                     mais de nous deux
          c’est moi qui suis réelle
                           car je t’aimais

154/

Le 1 est impair

le zéro c’est
le nombre le plus bizarre qui existe
secret de nature visible
             fascine
ni pair ni impair
             comme nous deux
à demain mon amour
si tu lis
             à deux mains
c’est bien aussi
unique et rafraîchit
             nous mon amour

© Marie Legros M — 2022 — crédits